FAQ

                                           Être coopérateur à Alpar

  • Quelle est la structure d’Alpar ?

Alpar est une coopérative de consommation (SCC loi de 1947) organisée sous forme de société par actions simplifiées (SAS) avec un capital provenant de l’ensemble des coopérateurs.

Les utilisateurs d’Alpar sont ses propriétaires et le gèrent selon le principe une personne = un vote, quel que soit le nombre de parts détenues. Tous les coopérateurs d’Alpar doivent aussi adhérer à l’association Alpar. En tant que coopérateur, chacun doit participer au fonctionnement de l’épicerie.

  • Qu’est-ce que ça veut dire ?

Concrètement, pour un coopérateur, cela veut dire que toutes les 4 semaines, on vient à l’épicerie pour tenir la caisse, stocker, réceptionner les livraisons, nettoyer, assurer le travail de bureau, etc… Chacun doit s’inscrire pour assurer un créneau de 3 heures consécutives avec d’autres coopérateurs.

  • Est-ce que tout le monde peut venir faire ses courses chez Alpar ?

Non. Il faut être coopérateur, c’est la condition pour pouvoir faire ses courses chez Alpar.

  • Quel est l’investissement pour les coopérateurs ?

L’investissement pour un coopérateur est de 100 €, ce qui représente une souscription de 10 parts sociales de la coopérative.

  • Comment payer mes parts d’Alpar ?

Pour toute nouvelle souscription, vous devez remplir le dossier d’inscription. Le règlement pourra s’effectuer en 1 ou plusieurs fois.

  • Est-ce que je toucherai un dividende sur mon investissement ?

Non, ce n’est pas du tout l’esprit de ce projet.

  • Si je quitte la coopérative, puis-je récupérer le montant investi dans les parts sociales ?

Oui. Les coopérateurs peuvent interrompre leur participation quand ils le souhaitent. Lorsqu’ils quittent Alpar, ils peuvent demander que le montant nominal des parts souscrites leur soit restitué. Conformément à la loi et à nos statuts, cette somme sera restituée au plus tard sous 5 ans. Dans les faits, ce délai est de l’ordre de 2 mois actuellement. 

  • Est-ce que mon investissement dans Alpar est cessible lors d’un déménagement ?

Oui. Les coopérateurs peuvent céder ou revendre leurs parts à des proches s’ils ne souhaitent plus être coopérateurs.

  • Est-ce que mon conjoint(e) est obligé(e) de devenir coopérateur aussi ?

Non. Un seul adulte souscripteur est obligatoire par foyer. Les autres membres du foyer peuvent néanmoins faire les courses à l’Épicerie.

  • Est-ce que les investissements des coopérateurs sont la seule source pour des fonds propres ?

Non. Les investissements de coopérateurs sont très importants…

Néanmoins, il en existe deux autres : les dons de particuliers et les subventions de fondations. Si vous avez des amis, des connaissances ou de la famille qui trouvent que notre idée est bonne mais qui habitent trop loin pour faire leurs courses chez nous, encouragez-les à nous soutenir financièrement.

  • Il y a-t-il d’autres moyens de s’investir dans Alpar ?

Oui. Au-delà des 3 heures obligatoires toutes les 4 semaines, il est également possible de faire partie d’un ou plusieurs groupes de travail selon ses appétences, savoir-faire et disponibilité ou de se rendre disponible lors des évènements organisés pour faire connaître Alpar.

  • Est-ce que je peux venir autant de fois que je le souhaite faire mes courses à Alpar ?

Oui. Chaque coopérateur est encouragé à visiter l’épicerie autant que possible pour faire ses courses, partager une pause ressourçante ou participer à une animation. De plus, les produits qui garnissent nos rayons s’étoffent régulièrement de nouvelles saveurs à découvrir à chaque visite.

  • Est-ce que mon conjoint et moi-même pouvons faire des vacations à tour de rôle ?

Les parts sociales sont nominatives et seuls les coopérateurs détenteurs de parts sociales peuvent effectuer des vacations au sein d’Alpar, pour des raisons d’assurance. Si deux membres d’un même foyer souhaitent se relayer pour assurer les vacations obligatoires, ils doivent souscrire chacun 10 parts sociales pour devenir chacun coopérateur. Une seule vacation toutes les 4 semaines est exigée par foyer, ce qui leur permet alors de se relayer. Cela dit, rien ne leur interdit de faire tous deux des vacations toutes les 4 semaines s’ils le souhaitent.